Un cours de yoga à Amed – Sortir de sa zone de confort.

Sortir de sa zone de confort

Il n’est plus à démontrer l’impact magique que cela peut avoir que de sortir de sa zone de confort…
Et bien c’est notamment grâce à ça que j’ai pu prendre un très chouette court de yoga, dont je me souviendrai tout ma vie, à Bali.

Mon départ en Asie, puis Australie, a sans aucun doute été une des meilleures décisions que j’ai pu prendre dans ma vie. J’ai tout laissé derrière, pour un temps indéfini et je suis partie à la recherche d’autre chose, d’une nouvelle vie. J’étais loin d’imaginer à quel point, mais là n’est pas la question.

Bali était donc ma troisième destination asiatique après le Laos et le Cambodge. Cela faisait un mois et demi que je me confrontais chaque jour à des cultures différentes, des langues différentes, bref à l’inconnu, et j’adorais ça.

A Bali je me suis tout de suite sentie bien, en confiance, et légère. J’ai eu cette étrange sensation de m’y sentir « comme à la maison ». J’ai rencontré tant de Balinais adorables, accueillants et chaleureux. J’ai même vécu une expérience incroyable grâce à une famille et leur Gourou, dans les environs de Ubud. Et c’est d’ailleurs le père de cette famille qui m’avait dit qu’il fallait qu’un jour je revienne, que j’apprenne auprès du Gourou, que je devienne professeur de yoga. Je n’y suis pas encore retournée mais je suis aujourd’hui professeur de yoga, alors que rien ne m’y prédestinait à l’époque…

Nous avons fini notre séjour balinais à Amed, une ville au nord-est de l’île, qui s’étend tout en longueur le long de l’océan. Je crois que je n’ai jamais été dans un endroit où les gens étaient si sympathiques. Chaque fois que je sortais de la guesthouse je rencontrais des nouvelles personnes avec qui discuter. Le 25 décembre par exemple, nous avions décidé de nous offrir un repas un peu plus européen pour célébrer Noël, et le restaurant étant un peu loin de là où nous logions, ce sont les deux serveurs qui s’étaient occupés de nous pendant le déjeuner qui nous ont proposé de nous ramener en scooter à notre guesthouse. Je pense qu’il n’y a qu’à Bali que je suis montée sur des scooters derrière des gens que je venais de rencontrer…

Cette image a un attribut alt vide ; son nom de fichier est img_0489.jpg
Amed – Bali

Le séjour sur cette île magique touchait à sa fin et je n’avais pas encore eu l’occasion de prendre un cours de yoga ! Je me suis dis que la meilleure façon de trouver un cours était de demander conseils aux gens qui vivaient sur place. Durant une balade j’ai donc fait connaissance avec un groupe de gars assis devant le shop de l’un d’eux, qui proposait toutes sortes d’activités à faire à Amed (un village plutôt tourné vers la plongée et le snorkeling). Comme toutes les personnes que j’ai rencontrées là bas, ils m’ont demandé s’ils pouvaient m’aider et je leur ai donc dis que je cherchais des cours de yoga. J’aurais peut-être pu chercher sur internet, ou demander à ma guesthouse, mais finalement en m’arrêtant discuter avec ces garçons, j’ai fait de vraies belles rencontres, avec qui j’ai plus tard fait du snorkeling, et passé de chouettes soirées.

Cette image a un attribut alt vide ; son nom de fichier est img_3179.jpg

Quoi qu’il en soit, ils connaissaient en effet un prof de yoga, avec qui ils m’ont mis en contact, et un cours était donc réservé pour le lendemain. Je n’en savais pas beaucoup plus, j’avais juste une heure et un lieu de rendez-vous où le prof viendrait me chercher. C’est donc un balinais avec des longues dreadlocks qui lui cachaient le visage qui est venu me chercher en scooter, pour ce qui s’est avéré être un cours privé ! Après avoir roulés à travers les magnifiques paysages du nord d’Amed, on est arrivé chez lui où il avait construit un shala, dans son jardin.

Et c’est comme ça que je me suis retrouvée à pratiquer Sirsasana ( une posture sur la tête que je redoute), entourée de deux poules, au milieu d’un jardin enchanté, avec un prof de yoga très sympa que je n’aurai peut être jamais pu rencontrer autrement, qu’en sortant de ma zone de confort !

Je repars à Bali la semaine prochaine et cette fois j’ai déjà repéré les studios où je veux pratiquer, mais il est sûr que je veux avant tout me laisser porter de nouveau par les rencontres et la magie que l’on peut trouver à chaque coin de rue, lorsque l’on ose s’y aventurer …

Cette image a un attribut alt vide ; son nom de fichier est zone_de_confort-zone_de_magie.jpg

Je me lance dans le Podcast

Essayer de nouvelles choses, sauter à pieds joints dans l’inconnu…
Voilà, je ne sais pas où ça va me mener cette histoire, mais depuis longtemps j’ai envie de partager les si jolies rencontres que le yoga me permet de faire. Et après y avoir longtemps réfléchi, l’audio me semble la forme la plus simple à partager au plus grand nombre.
Et voici donc pour commencer, la création d’une chaîne Youtube dédiée à Emilie’s Visa for Yoga.
A l’avenir j’espère pouvoir le diffuser via d’autres plateformes mais en bonne autodidacte que je suis, les choses prennent le temps qu’il leur faut pour atteindre leur but.

Voici donc le premier d’une, j’espère, longue série d’interviews.
Rencontre avec Alice, chanteuse dans le groupe Lùceras, qui nous parle de sa rencontre avec le yoga, d’Argentine, de cercles de femmes, de chants et de tambours…

Le lien juste ici : https://www.youtube.com/watch?v=pYBpoQFAeao

Vous pourrez retrouver chaque nouvelle rencontre dans la partie Rencontres/Podcasts de ce blog.

J’espère que cela va vous plaire, et je vous souhaite une bonne écoute !

Ces journées qui nous font grandir…

On dit que l’on a chaque jour l’occasion d’apprendre, de grandir, de s’améliorer… Il y a quelques jours j’ai eu une de ces journées où rien ne se passe comme prévu. Je donnais le soir un cours important pour moi, un cours que j’attendais depuis longtemps et qui était complet (première fois que j’avais autant d’élèves 🙈).
Il y a encore quelques mois, avant de donner un cours je passais les deux jours précédents à le réviser, j’avais besoin d’arriver + d’1h à l’avance pour être sûre que tout allait être ok, pour me donner confiance, me rassurer, être prête…

Mais ce jour là tout m’a échappé, un rdv de dernière minute chez le médecin quelques heures avant, qui a eu + d’une heure de retard, et dont je suis sortie toute patraque, mal de bide et vidée d’énergies, en me demandant comment j’allais pouvoir donner un cours de yoga dans cet état… On était 2h avant le cours et en rentrant chez moi pour enfin me préparer je me suis rendue compte que j’avais oublié mes clés et j’étais coincée à la rue…
J’ai réussi à réunir mes dernières forces pour ne pas craquer, j’ai eu la chance d’être secourue par une amie qui m’a accueillie, réconforté et prêté un legging 😅

Et je me suis finalement rendue compte sur le chemin pour aller donner mon cours que j’étais prête. Que je n’avais pas besoin de toute cette préparation rassurante pour faire ce que je savais faire. Dès que le cours a commencé, tout s’est remis dans l’ordre, tout s’est déroulé en fluidité. Comme chaque fois que je donne un cours je me suis sentie à ma place, « au bon endroit au bon moment ».

Mais plus encore à la fin de cette journée j’ai réalisé le chemin parcouru ces dernières années ! Il y a quelques années je me serais effondrée au premier obstacle, je me serai renfermée sur moi-même en me plaignant que la vie est injuste et ne me fait pas de cadeaux. J’étais physiquement incapable de surmonter le stress et la pression. J’étais tétanisée et submergée dès que je me sentais dépassée par les évènements.
À la fin de cette journée j’étais épuisée mais heureuse. Je me suis sentie forte de ce que m’avait apporté cette journée. Confiante et pleine de gratitude. Envers moi même et envers la vie, pour me permettre de constamment apprendre, évoluer et m’améliorer… 🌱

Les oeufs de Yoni

Pour révéler son potentiel féminin
  de Peggy Tournigand

La première fois que j’ai entendu parler des œufs de yoni je crois que c’était sur Instagram. Le Yoni est le terme sanskrit qui décrit le sexe féminin et il s’agit ici d’une pierre en forme d’œuf que l’on introduit donc dans sa « Yoni »…
Déjà très intéressée par la lithothérapie et le pouvoir guérisseur des pierres, cela ne m’a pas semblé si étrange que ça de les utiliser pour soigner aussi cette part intime de nous. D’un point de vue purement physiologique, on connait l’importance d’avoir un périnée tonique et c’est quelque chose que l’on peut travailler dans la pratique des asanas en yoga. Je sais aussi que des boules de Geisha peuvent être conseillées par les sages femmes et gynécologues pour rééduquer en douceur le périnée suite à un accouchement.Ces œufs de Yoni ont donc attiré ma curiosité, et d’autant plus que le sujet s’est ensuite présenté à moi lors de ma formation ou lors de discutions avec des amies yogini. Un peu comme avoir un jeu d’oracle ou des cristaux chez soi, avoir son œuf ne relève pas du domaine du secret ou de la bizarrerie. Au contraire c’est un nouvel «outil» que l’on nous propose pour travailler divers facette de sa féminité, pour encore plus s’épanouir en tant que femme.
J’ai continué mes recherches, trouvé des témoignages sur internet (notamment celui des Oracles d’Isa visible ici ) , des articles dans les magasines et découvert ce très joli livre de Peggy Tournigand.

« Selon moi, la pratique des œufs de Yoni peut permettre de réconcilier les femmes avec la féminité. Elle peut les aider à reconnaître, intégrer et aime leur féminin sacré.(…) Par exemple, [l’œuf] en quartz rose, en raison de sa douceur et de son pouvoir de guérison, peut nous aider à faire la paix avec notre passé et nos traumas au niveau et de notre condition de femme.
Il nous permet de nous aimer telles que nous sommes. L’œuf nous ouvre les portes du féminin afin de vivre pleinement notre vie de femme et d’accueillir toutes les déesses qui sont nous : la séductrice, l’amante, la maman, la business woman, l’amie, l’infirmière… et afin de révéler tout notre potentiel et notre puissance.
» extrait du livre

J’ai dévoré ce livre inspirant, qui entre autre regroupe des témoignages, nous parle de l’histoire des œufs de Yoni mais aussi de la femme, des pierres et de leurs pouvoirs ainsi que des chakras. Il nous propose aussi des exercices à faire avec ou sans œufs et de jolies méditations que l’ont peut retrouver en audio sur le site internet.
L’auteur nous guide tout en douceur à la découverte de notre corps et de cet œuf un peu « magique ». Un ouvrage complet en somme, que je ne saurais que vous recommander !

Pour en savoir plus : https://www.oeufs-de-yoni.com/
Ou encore je peux conseiller Aurore de Wo-man-ly  qui propose des stages d’initiation à l’oeuf de Yoni (plus d’info)

A cœur ouvert

_MG_2078

Ce n’est pas évident de se dévoiler, de s’ouvrir aux autres, et en particulier ici.
J’ai l’impression d’être tiraillée entre la « génération selfie » dont je fais partie et tous ses détracteurs: n’est-ce pas un peu narcissique ? quel intérêt de dévoiler sa vie publiquement ? et puis qui ça intéresse ?
Lorsque que l’on étudie le yoga la question de l’ego est aussi centrale. Est-ce mon ego qui vient ici chercher à se satisfaire ?

Pour ma part je trouve beaucoup d’inspirations sur les réseaux sociaux. C’est en suivant les conseils de personnes que je « suis » que j’ai commencé à écouter des podcasts, que j’ai découvert certains livres qui m’enrichissent, ou encore que j’ai pu trouver un écho à propos de sujets qui me passionnent mais n’ont pas le même attrait pour mes ami(e)s.

Ce n’est pas facile de trouver ma place, ma voix ici…
D’essayer de me « vendre » à travers mon site web alors que je suis à peine en train de découvrir qui je suis et ce dont je veux faire de ma vie. Mais ça me semble important pour moi de partager tout ça. De me fabriquer une place à ma taille sur cet outil qu’est internet, pour rendre un peu plus concret ce voyage. Ces voyages. À travers le yoga, à travers moi-même et à travers le monde. C’est travailler sur ma timidité, sur ma confiance en moi, sur mon estime de moi.

Et puis partager c’est aussi pourquoi j’ai eu envie de devenir professeur de yoga. Partager mes connaissances, mes expériences, mes découvertes. Et ici je peux aussi partager mes questionnements, mes doutes parfois et mes joies surtout. Mes petits et grands plaisirs.
Partager avec vous « sans filtre » et à cœur ouvert.
Merci pour ceux qui me lisent, j’espère que ce n’est que le début de cette aventure ensemble.

Luang Prabang : Un cours de yoga sur un toit, au lever du soleil, au Laos.

De tous les pays que j’ai eu la chance de visiter jusqu’à présent, le Laos reste vraiment un de mes coups de cœur. Et si je peux vous confier un secret, sur la « Liste de mes rêves » il y a d’organiser un jour une retraite de yoga là bas …

IMG_1837

Je n’ai pris qu’un seul cours de yoga au Laos mais il reste un superbe souvenir que j’avais envie de partager avec vous.

Je logeais dans une auberge à Luang Prabang qui proposait des cours de yoga gratuits au lever du soleil. C’était au tout début de mon voyage en Asie, alors les réveils à l’aube je n’y étais pas encore habituée et je n’étais pas sûre non plus de réussir à suivre un cours en anglais. Mais l’envie de faire du yoga était plus forte que le reste et je me suis décidée le dernier matin avant notre départ à enfin prendre un cours. Il semblerait que je n’étais pas la seule à avoir des réticences à se lever aussi tôt car il s’est avéré que j’étais la seule élève ce matin là.

A part le fait que le professeur était un peu âgé et venait d’Allemagne, je ne pourrais pas vous en dire plus sur lui car j’étais encore toute timide, et je replongeais à peine dans le bain de la langue anglaise, alors je n’ai pas vraiment pris le temps de discuter.
Mais le cours était super ! Après plusieurs jours de visites, de marche avec son sac sur le dos, de nuits plus ou moins bonnes sur les matelas des auberges, les transports, le changement de climat… c’est un peu comme prendre un bon bain, ça régénère. Sans parler du cadre ! Le cours avait lieu sur la rooftop de l’auberge, au moment du lever du soleil quand toute la ville est encore embrumée et apparaît peu à peu à mesure que l’heure avance.

Un vrai moment de partage avec ce yogi bienveillant, et une heure que je m’étais accordée, juste pour moi, me retrouver, me reconnecter, après ces premiers jours de voyage déjà intense.

J2.4

Une vue sur Luang Prabang depuis Wat That Chomsi en haut du Mont Phusi

   Évidement aujourd’hui je ne peux que vous recommander de pratiquer le yoga sous toutes ses formes aussi souvent que possible, mais cette expérience est une nouvelle occasion de vous inciter à sortir de votre zone de confort. Avancer son réveil d’une heure ou deux, aller parler à des personnes qui ne parlent pas la même langue que vous, tester une activité que vous connaissez (ou pas) dans un autre pays. Je vous assure que je me remercie de m’être décidée à faire ce cours, car il reste un magnifique souvenir gravé dans mon cœur. Et je souhaite à plus de gens de découvrir cette sensation et vivre ce genre de moment.

Un cours de yoga sur un toit, au lever du soleil, au Laos √ Check

 

J2.6

Un petit aperçu de l’Utopia

L’auberge était chouette mais semble avoir pas mal changé depuis, elle s’appelle : Khammany Inn.

Sinon je vous recommande l’Utopia. Je n’ai pas eu l’occasion de tester leur cours de yoga mais rien que pour le lieu ! Mon endroit préféré pour se détendre un peu après une belle journée d’exploration.
Pour plus d’informations, leur page facebook : https://www.facebook.com/Utopialaos/
ou encore : https://luangprabang-laos.com/Cours-de-Yoga

 

 

 

 

 

Plus forte ensemble

Le weekend prochain je retrouve mon groupe d’amies de fac le temps d’un court séjour au bord de l’océan. 5 nanas très différentes les unes des autres, avec au minimum une dizaine d’années d’amitié derrière nous.
On a toutes une histoire différentes, des souvenirs différents et en dix ans on a eu le temps de changer, d’évoluer, de s’éloigner, de se rapprocher.
On n’a pas les mêmes rapports à la religion, à l’argent, à notre corps.
Ensemble on a connu les cœurs brisés, les stages et petits boulots, des folles soirées et des fous rires.
Aujourd’hui on en est toutes à des étapes différentes de nos vies: mariée, propriétaire, en reconversion professionnelle ou éternelle nomade. Et c’est un peu tout ça qui fait notre force au fond.
On a tellement à apprendre les unes des autres.
Chacune peut apporter un peu de sa différence au groupe pour le rendre encore plus riche de connaissances et surtout de bienveillance, d’amour. Ce n’est pas toujours facile quand les avis divergent. Quand on ne vit pas ou ne ressent pas les choses de la même façon.
Mais ça vaut le coup de s’accrocher, de voir plus loin.
J’ai longtemps pensé que je n’étais pas le genre de fille à trop traîner avec d’autres filles.
Ado j’étais plutôt du genre à avoir mon groupe de potes mecs, parmi lesquels je me sentais mieux. Moins de drames, de prises de tête, de jalousie, de jugements.
Et pourtant aujourd’hui ce groupe de filles fait partie de ce que j’ai de plus précieux en amitié.

On vit dans un monde où on devrait pouvoir sans craintes compter les unes sur les autres.
Ne pas se sentir en compétition entre femmes mais au contraire de soutenir, s’entraider, créer des liens, des connexions. C’est pas nouveau à plusieurs on est plus forts, capable de plus grandes choses !
Alors il faut parfois savoir passer au delà de son égo, accepter les désaccords, prendre le temps de s’apprivoiser, et le faire autant de fois que nécessaire. Mais ça vaut le coup. C’est la diversité qui fait que notre monde est si beau, si incroyable.

Lors de mes trois semaines de formation, j’ai vécu dans un groupe de 5 (puis 6) femmes, de 25 à 50 ans, arrivant d’Irlande, d’Allemagne, du Pérou, de Suisse… Et en trois semaines il n’y a jamais eu aucune tension entre nous, aucunes incompréhension.
Au contraire, on a littéralement vécu cette expérience main dans la main, nous étions des étrangères et nous sommes devenues une famille. Dès le premier jour nous avons créé une relation basée sur le respect, le partage, la communication et la bienveillance. Nous avons été entières, sincères et nous avons juste ouvert nos cœurs sans s’imposer de barrières. Et ce cercle de femmes m’a vraiment aidé à vivre au mieux ce voyage en moi-même et dans l’approfondissement de mon apprentissage du yoga. Je me suis sentie entourée, soutenue, en sécurité, et plus forte que jamais.

Le weekend prochain je retrouve mon groupe d’amies de fac et je sais que depuis la dernière fois que je les ai vues on a toutes changé. Je sais que je suis encore plus déconnectée de la vie parisienne qu’avant, encore plus « à l’ouest » dans mes pensées, mes projets, mes rêves.
Mais j’ai pris conscience que c’est ce que j’ai envie de cultiver, ce qui fait qui je suis et pourquoi on m’apprécie ou pas. Et j’ai confiance en cette forte amitié qui nous lie au delà de toutes nos différences et je suis impatiente de les rencontrer de nouveaux.

Je rêve d’une société où toutes les femmes cultiveraient leurs différences et uniraient leurs forces en ayant conscience de leur pouvoir de changer le monde.

Taghazout

Taghazout est un petit village de pêcheurs, entre Agadir et Essaouira, qui a été pour moi un véritable coup de cœur au Maroc. Un petit havre de paix où tout pousse à vivre plus doucement, à vivre au rythme des vagues (c’est aussi un super spot de surfeurs) et du soleil. Nous sommes restés quelques jours dans un petit appartement avec rooftop face à l’océan : le rêve !

Après avoir échoué à prendre un cours à Paradis Plage (l’article est ici), je ne pouvais quand même pas laisser passer la chance de prendre un cours de yoga dans un endroit si propice à la zénitude.

IMG_7568

Si à Taghazout, on peut trouver des cours de surf en tapant à la porte de presque n’importe quel établissement, il n’en était pas de même pour des cours de yoga (en tout cas pas à ce moment là mais je pense que c’est en train de changer). Mais après avoir enquêté un peu auprès de quelques restaurants, on m’indique finalement une auberge de jeunesse où je vais enfin pouvoir trouver mon graal.
Le Dfrost Almugar se situe tout au bout du village (en direction d’Essaouira), en flanc de falaise, face à l’océan. Heureusement pour moi, les cours sont aussi accessibles aux personnes ne logeant pas dans l’hôtel, et en plus le prix est tout à fait raisonnable.
Je me rends donc au cours du lendemain matin, 7h, qui a lieu sur une grande terrasse avec vue sur l’océan. Le réveil pique un peu mais pour l’avoir déjà expérimenté, je sais qu’un cours de yoga, sur un rooftop, au lever du soleil, est une expérience à ne rater sous aucun prétexte.

IMG_7562

J’espérais quand même un cours tranquille, en douceur, mais finalement le prof après avoir pris un peu la température auprès des élèves, du niveau de chacun, décide de nous faire un cours de Vinyasa plutôt dynamique. Mais ça fait un bien fou !
Et surtout la récompense est là, la vue sur le soleil qui apparait doucement à l’horizon et vient déposer sur nous ses premiers rayons pour nous réchauffer agréablement.
Le professeur Ryan, est américain, et le cours donné en anglais est plutôt facile à comprendre si l’on parle un peu la langue ou si l’on pratique déjà le yoga.
J’ai beaucoup aimé sa façon d’enseigner, la méditation du début et les ajustements qu’il faisait pour nous aider à aller plus loin dans les postures.
Les profs changent régulièrement mais il n’y a pas de raisons que la qualité d’enseignement diffère, donc je vous conseille vraiment d’y faire un tour si vous faites un jour une escale à Taghazout.

Avant de quitter ce lieu, j’ai pris le temps de regarder encore une fois cette vue et je me suis sentie pleine de bonnes énergies pour continuer notre aventure marocaine.
Ce moment reste vraiment dans mon Top 5 de mon voyage au Maroc.

IMG_7564Pour ce qui est des informations:
Le cours était à 10€.
Et leur site internet : www.dfrostsurfandyoga.com/

Paradis Plage (Taghazout)

A quelques kilomètres du petit village de Taghazout, on peut trouver tout un tas de resorts parmi lesquels Paradis Plage, dont j’avais entendu parler dans des magazines de yoga. Le cadre fait rêver et surtout ils proposent deux à trois cours par jour (ouverts à tous, pas besoin d’être un client du resort), à un tarif très raisonnable. Pour moi c’était une des étapes indispensables à notre voyage, mais je dois hélas avouer avoir été un peu déçue.

♦ Attention si vous n’avez pas votre propre véhicule, pensez à bien négocier la course pour vous rendre sur place, car les taxis vous proposeront parfois des prix exorbitants, profitant de leur monopole. Sinon il parait qu’il y a un bus qui passe… des fois…

IMG_7617
Le site internet annonce des cours de yoga tous les jours, et lors de mon appel téléphonique quelques jours plus tôt, on m’informe seulement qu’il n’y a pas besoin de réserver à l’avance; il suffit de se présenter sur place un peu avant le cours.  Pourtant le jour où je suis enfin allée à Paradis Plage, il s’est avéré que c’était le seul jour de la semaine où il n’y avait pas de cours (un mercredi). Je regrette que cela ne soit précisé ni sur le site internet, ni par téléphone lorsque j’ai demandé les conditions d’accès aux cours.
La salle est cependant mise à disposition de ceux qui souhaiteraient pratiquer seuls.

IMG_7591

J’en ai quand même bien profité une bonne heure, et il faut dire que ça fait du bien de se dérouiller un peu après les heures écoulées dans les transports et les nuits passées sur des lits qui, il faut l’avouer, ne sont pas de tout confort !
Pour le reste la salle est vraiment belle et lumineuse, et j’aurai adoré y suivre les cours au lever ou couché du soleil.

Pour ce qui est des informations:
Le premier cours est à  150 Dirhams, puis 120 Dirhams les cours qui suivent.
Le Paradis Plage Resort se trouve au Km 26 route d’Essaouira.
Et leur site internet : www.paradisplage.com

Si jamais vous avez un jour l’occasion d’y prendre un cours, n’hésitez pas à me partager votre retour 😉

 

 

 

Maroc – Conseils pratiques

Quelques indications qui peuvent vous être utiles si vous prévoyez de partir au Maroc.

Nous sommes partis depuis Bordeaux, jusqu’à Fès avec la compagnie d’avion Air Arabia. Nous avons payés nos billets 150€ chacun, en les prenant début août. Une telle destination à seulement deux heures et quelques de chez soi, à ce prix là ça aurait été dommage de se priver !!
Notre voyage a duré du 9 octobre au 12 novembre, c’était donc la moyenne saison au Maroc, autant pour le tourisme que pour les températures. Lire la suite