Un cours de yoga à Amed – Sortir de sa zone de confort.

Sortir de sa zone de confort

Il n’est plus à démontrer l’impact magique que cela peut avoir que de sortir de sa zone de confort…
Et bien c’est notamment grâce à ça que j’ai pu prendre un très chouette court de yoga, dont je me souviendrai tout ma vie, à Bali.

Mon départ en Asie, puis Australie, a sans aucun doute été une des meilleures décisions que j’ai pu prendre dans ma vie. J’ai tout laissé derrière, pour un temps indéfini et je suis partie à la recherche d’autre chose, d’une nouvelle vie. J’étais loin d’imaginer à quel point, mais là n’est pas la question.

Bali était donc ma troisième destination asiatique après le Laos et le Cambodge. Cela faisait un mois et demi que je me confrontais chaque jour à des cultures différentes, des langues différentes, bref à l’inconnu, et j’adorais ça.

A Bali je me suis tout de suite sentie bien, en confiance, et légère. J’ai eu cette étrange sensation de m’y sentir « comme à la maison ». J’ai rencontré tant de Balinais adorables, accueillants et chaleureux. J’ai même vécu une expérience incroyable grâce à une famille et leur Gourou, dans les environs de Ubud. Et c’est d’ailleurs le père de cette famille qui m’avait dit qu’il fallait qu’un jour je revienne, que j’apprenne auprès du Gourou, que je devienne professeur de yoga. Je n’y suis pas encore retournée mais je suis aujourd’hui professeur de yoga, alors que rien ne m’y prédestinait à l’époque…

Nous avons fini notre séjour balinais à Amed, une ville au nord-est de l’île, qui s’étend tout en longueur le long de l’océan. Je crois que je n’ai jamais été dans un endroit où les gens étaient si sympathiques. Chaque fois que je sortais de la guesthouse je rencontrais des nouvelles personnes avec qui discuter. Le 25 décembre par exemple, nous avions décidé de nous offrir un repas un peu plus européen pour célébrer Noël, et le restaurant étant un peu loin de là où nous logions, ce sont les deux serveurs qui s’étaient occupés de nous pendant le déjeuner qui nous ont proposé de nous ramener en scooter à notre guesthouse. Je pense qu’il n’y a qu’à Bali que je suis montée sur des scooters derrière des gens que je venais de rencontrer…

Cette image a un attribut alt vide ; son nom de fichier est img_0489.jpg
Amed – Bali

Le séjour sur cette île magique touchait à sa fin et je n’avais pas encore eu l’occasion de prendre un cours de yoga ! Je me suis dis que la meilleure façon de trouver un cours était de demander conseils aux gens qui vivaient sur place. Durant une balade j’ai donc fait connaissance avec un groupe de gars assis devant le shop de l’un d’eux, qui proposait toutes sortes d’activités à faire à Amed (un village plutôt tourné vers la plongée et le snorkeling). Comme toutes les personnes que j’ai rencontrées là bas, ils m’ont demandé s’ils pouvaient m’aider et je leur ai donc dis que je cherchais des cours de yoga. J’aurais peut-être pu chercher sur internet, ou demander à ma guesthouse, mais finalement en m’arrêtant discuter avec ces garçons, j’ai fait de vraies belles rencontres, avec qui j’ai plus tard fait du snorkeling, et passé de chouettes soirées.

Cette image a un attribut alt vide ; son nom de fichier est img_3179.jpg

Quoi qu’il en soit, ils connaissaient en effet un prof de yoga, avec qui ils m’ont mis en contact, et un cours était donc réservé pour le lendemain. Je n’en savais pas beaucoup plus, j’avais juste une heure et un lieu de rendez-vous où le prof viendrait me chercher. C’est donc un balinais avec des longues dreadlocks qui lui cachaient le visage qui est venu me chercher en scooter, pour ce qui s’est avéré être un cours privé ! Après avoir roulés à travers les magnifiques paysages du nord d’Amed, on est arrivé chez lui où il avait construit un shala, dans son jardin.

Et c’est comme ça que je me suis retrouvée à pratiquer Sirsasana ( une posture sur la tête que je redoute), entourée de deux poules, au milieu d’un jardin enchanté, avec un prof de yoga très sympa que je n’aurai peut être jamais pu rencontrer autrement, qu’en sortant de ma zone de confort !

Je repars à Bali la semaine prochaine et cette fois j’ai déjà repéré les studios où je veux pratiquer, mais il est sûr que je veux avant tout me laisser porter de nouveau par les rencontres et la magie que l’on peut trouver à chaque coin de rue, lorsque l’on ose s’y aventurer …

Cette image a un attribut alt vide ; son nom de fichier est zone_de_confort-zone_de_magie.jpg

Je me lance dans le Podcast

Essayer de nouvelles choses, sauter à pieds joints dans l’inconnu…
Voilà, je ne sais pas où ça va me mener cette histoire, mais depuis longtemps j’ai envie de partager les si jolies rencontres que le yoga me permet de faire. Et après y avoir longtemps réfléchi, l’audio me semble la forme la plus simple à partager au plus grand nombre.
Et voici donc pour commencer, la création d’une chaîne Youtube dédiée à Emilie’s Visa for Yoga.
A l’avenir j’espère pouvoir le diffuser via d’autres plateformes mais en bonne autodidacte que je suis, les choses prennent le temps qu’il leur faut pour atteindre leur but.

Voici donc le premier d’une, j’espère, longue série d’interviews.
Rencontre avec Alice, chanteuse dans le groupe Lùceras, qui nous parle de sa rencontre avec le yoga, d’Argentine, de cercles de femmes, de chants et de tambours…

Le lien juste ici : https://www.youtube.com/watch?v=pYBpoQFAeao

Vous pourrez retrouver chaque nouvelle rencontre dans la partie Rencontres/Podcasts de ce blog.

J’espère que cela va vous plaire, et je vous souhaite une bonne écoute !

Ces journées qui nous font grandir…

On dit que l’on a chaque jour l’occasion d’apprendre, de grandir, de s’améliorer… Il y a quelques jours j’ai eu une de ces journées où rien ne se passe comme prévu. Je donnais le soir un cours important pour moi, un cours que j’attendais depuis longtemps et qui était complet (première fois que j’avais autant d’élèves 🙈).
Il y a encore quelques mois, avant de donner un cours je passais les deux jours précédents à le réviser, j’avais besoin d’arriver + d’1h à l’avance pour être sûre que tout allait être ok, pour me donner confiance, me rassurer, être prête…

Mais ce jour là tout m’a échappé, un rdv de dernière minute chez le médecin quelques heures avant, qui a eu + d’une heure de retard, et dont je suis sortie toute patraque, mal de bide et vidée d’énergies, en me demandant comment j’allais pouvoir donner un cours de yoga dans cet état… On était 2h avant le cours et en rentrant chez moi pour enfin me préparer je me suis rendue compte que j’avais oublié mes clés et j’étais coincée à la rue…
J’ai réussi à réunir mes dernières forces pour ne pas craquer, j’ai eu la chance d’être secourue par une amie qui m’a accueillie, réconforté et prêté un legging 😅

Et je me suis finalement rendue compte sur le chemin pour aller donner mon cours que j’étais prête. Que je n’avais pas besoin de toute cette préparation rassurante pour faire ce que je savais faire. Dès que le cours a commencé, tout s’est remis dans l’ordre, tout s’est déroulé en fluidité. Comme chaque fois que je donne un cours je me suis sentie à ma place, « au bon endroit au bon moment ».

Mais plus encore à la fin de cette journée j’ai réalisé le chemin parcouru ces dernières années ! Il y a quelques années je me serais effondrée au premier obstacle, je me serai renfermée sur moi-même en me plaignant que la vie est injuste et ne me fait pas de cadeaux. J’étais physiquement incapable de surmonter le stress et la pression. J’étais tétanisée et submergée dès que je me sentais dépassée par les évènements.
À la fin de cette journée j’étais épuisée mais heureuse. Je me suis sentie forte de ce que m’avait apporté cette journée. Confiante et pleine de gratitude. Envers moi même et envers la vie, pour me permettre de constamment apprendre, évoluer et m’améliorer… 🌱

A cœur ouvert

_MG_2078

Ce n’est pas évident de se dévoiler, de s’ouvrir aux autres, et en particulier ici.
J’ai l’impression d’être tiraillée entre la « génération selfie » dont je fais partie et tous ses détracteurs: n’est-ce pas un peu narcissique ? quel intérêt de dévoiler sa vie publiquement ? et puis qui ça intéresse ?
Lorsque que l’on étudie le yoga la question de l’ego est aussi centrale. Est-ce mon ego qui vient ici chercher à se satisfaire ?

Pour ma part je trouve beaucoup d’inspirations sur les réseaux sociaux. C’est en suivant les conseils de personnes que je « suis » que j’ai commencé à écouter des podcasts, que j’ai découvert certains livres qui m’enrichissent, ou encore que j’ai pu trouver un écho à propos de sujets qui me passionnent mais n’ont pas le même attrait pour mes ami(e)s.

Ce n’est pas facile de trouver ma place, ma voix ici…
D’essayer de me « vendre » à travers mon site web alors que je suis à peine en train de découvrir qui je suis et ce dont je veux faire de ma vie. Mais ça me semble important pour moi de partager tout ça. De me fabriquer une place à ma taille sur cet outil qu’est internet, pour rendre un peu plus concret ce voyage. Ces voyages. À travers le yoga, à travers moi-même et à travers le monde. C’est travailler sur ma timidité, sur ma confiance en moi, sur mon estime de moi.

Et puis partager c’est aussi pourquoi j’ai eu envie de devenir professeur de yoga. Partager mes connaissances, mes expériences, mes découvertes. Et ici je peux aussi partager mes questionnements, mes doutes parfois et mes joies surtout. Mes petits et grands plaisirs.
Partager avec vous « sans filtre » et à cœur ouvert.
Merci pour ceux qui me lisent, j’espère que ce n’est que le début de cette aventure ensemble.

Plus forte ensemble

Le weekend prochain je retrouve mon groupe d’amies de fac le temps d’un court séjour au bord de l’océan. 5 nanas très différentes les unes des autres, avec au minimum une dizaine d’années d’amitié derrière nous.
On a toutes une histoire différentes, des souvenirs différents et en dix ans on a eu le temps de changer, d’évoluer, de s’éloigner, de se rapprocher.
On n’a pas les mêmes rapports à la religion, à l’argent, à notre corps.
Ensemble on a connu les cœurs brisés, les stages et petits boulots, des folles soirées et des fous rires.
Aujourd’hui on en est toutes à des étapes différentes de nos vies: mariée, propriétaire, en reconversion professionnelle ou éternelle nomade. Et c’est un peu tout ça qui fait notre force au fond.
On a tellement à apprendre les unes des autres.
Chacune peut apporter un peu de sa différence au groupe pour le rendre encore plus riche de connaissances et surtout de bienveillance, d’amour. Ce n’est pas toujours facile quand les avis divergent. Quand on ne vit pas ou ne ressent pas les choses de la même façon.
Mais ça vaut le coup de s’accrocher, de voir plus loin.
J’ai longtemps pensé que je n’étais pas le genre de fille à trop traîner avec d’autres filles.
Ado j’étais plutôt du genre à avoir mon groupe de potes mecs, parmi lesquels je me sentais mieux. Moins de drames, de prises de tête, de jalousie, de jugements.
Et pourtant aujourd’hui ce groupe de filles fait partie de ce que j’ai de plus précieux en amitié.

On vit dans un monde où on devrait pouvoir sans craintes compter les unes sur les autres.
Ne pas se sentir en compétition entre femmes mais au contraire de soutenir, s’entraider, créer des liens, des connexions. C’est pas nouveau à plusieurs on est plus forts, capable de plus grandes choses !
Alors il faut parfois savoir passer au delà de son égo, accepter les désaccords, prendre le temps de s’apprivoiser, et le faire autant de fois que nécessaire. Mais ça vaut le coup. C’est la diversité qui fait que notre monde est si beau, si incroyable.

Lors de mes trois semaines de formation, j’ai vécu dans un groupe de 5 (puis 6) femmes, de 25 à 50 ans, arrivant d’Irlande, d’Allemagne, du Pérou, de Suisse… Et en trois semaines il n’y a jamais eu aucune tension entre nous, aucunes incompréhension.
Au contraire, on a littéralement vécu cette expérience main dans la main, nous étions des étrangères et nous sommes devenues une famille. Dès le premier jour nous avons créé une relation basée sur le respect, le partage, la communication et la bienveillance. Nous avons été entières, sincères et nous avons juste ouvert nos cœurs sans s’imposer de barrières. Et ce cercle de femmes m’a vraiment aidé à vivre au mieux ce voyage en moi-même et dans l’approfondissement de mon apprentissage du yoga. Je me suis sentie entourée, soutenue, en sécurité, et plus forte que jamais.

Le weekend prochain je retrouve mon groupe d’amies de fac et je sais que depuis la dernière fois que je les ai vues on a toutes changé. Je sais que je suis encore plus déconnectée de la vie parisienne qu’avant, encore plus « à l’ouest » dans mes pensées, mes projets, mes rêves.
Mais j’ai pris conscience que c’est ce que j’ai envie de cultiver, ce qui fait qui je suis et pourquoi on m’apprécie ou pas. Et j’ai confiance en cette forte amitié qui nous lie au delà de toutes nos différences et je suis impatiente de les rencontrer de nouveaux.

Je rêve d’une société où toutes les femmes cultiveraient leurs différences et uniraient leurs forces en ayant conscience de leur pouvoir de changer le monde.

Première destination : Le Maroc

Demain je m’envole direction Fès, pour 5 semaines de road trip à travers le Maroc.
Je n’ai pas encore d’itinéraire défini mais quelques idées d’endroits où j’espère trouver des cours de yoga dans des cadres sympas.
Je vous raconterai tout ça dès mon retour mais en attendant vous pouvez commencer à suivre cette première aventure sur Instagram, le compte est en cours de création et sera visible très prochainement sur la droite de la page !!

Une apprentie yogini autour du monde

Pour toute chose il y a un début, alors pourquoi démarrer ce blog ?

J’ai découvert le yoga il y a maintenant 5 ans dans un studio que j’ai adoré et qui méritera bien un article, Beyoga à Paris. Élève plus ou moins régulière, j’ai intensifié ma pratique il y a environ 6 mois, avec en moi cette idée grandissante de vouloir à mon tour savoir transmettre cette pratique.  J’ai d’ailleurs l’intention de suivre l’été prochain une formation pour devenir professeur de yoga.

Ayant un peu la bougeotte je me suis mise en tête de concilier mes deux passions yoga et voyage, en continuant à pratiquer lors de mes aventures aux quatre coins du monde. J’ai par exemple eu la chance de faire un cours sur le rooftop d’une auberge de jeunesse, au lever du soleil au Laos. Mais aussi dans un joli petit jardin chez un Balinais dont je ne pouvais que deviner le visage caché derrière ses longues dreadlocks.

     Pour le moment, j’habite à Bordeaux, où je découvre différents studios, mais dans quelques jours je pars pour le Maroc, et mon grand projet de l’an prochain serait l’Amérique  Latine.

Tout ça pour dire qu’il me semble toujours mieux apprécier les choses en les partageant et ce blog sera donc l’occasion pour moi de vous faire partager mon aventure et mes bonnes adresses autour du monde, si vous aussi vous avez envie de continuer à pratiquer, ou tout simplement de vous essayer au yoga dans un autre pays.

Alors, je vous emmène ?